Notre brochure

Guide pratique du tourisme équestre en Alsace

Guide pratique du tourisme équestre en Alsace 2017
(PDF - 12 Mo)

 Gites équestres,  centres de tourisme équestre, maréchaux ferrants, associations, professionnels etc...  
Pour recevoir la brochure, remplissez le formulaire de contact

Observatoire socio-économique du tourisme équestre en Alsace

Observatoire socio-économique du tourisme équestre en Alsace
(PDF - 2,6 Mo)
Retrouvez-nous sur Facebook Retrouvez le CRTE sur Facebook et devenez fan !

 


Carte des circuits de randonnée équestre en Alsace:

Carte des circuits de randonnée équestre en Alsace

Infos diverses

Le voyage de Romane, de l’Alsace au Portugal, Lettre n°31

du 10 au 16 décembre

-     Mardi 10 décembre

 

 

Nous partons de la salle avec un beau soleil, en ayant bien dormi (ça change tout). Le chemin est vallonné, très agréable, la végétation est de moins en moins hostile. Un parc très vert nous accueille pour le casse-croûte, les chevaux sont ravis. On redescend le haut plateau par un charmant sentier de pierres, la vue s’ouvre sur une haute montagne au creux de laquelle se niche un château fort. Superbe bâtisse au sommet du village, voici Montemayon del Rio où m’attend un colis ! Chouette. On y arrive trop tôt et le magasin d’alimentation où il doit arriver n’est pas encore ouvert. En attendant, nous chantons et jouons de la guitare sur la place, en vrais manouches jusqu’à ce qu’il fasse trop froid pour garder les doigts à l’air. Le maire nous ouvre une salle des fêtes avec une grande table. Nous faisons ensuite quelques courses dans l’épicerie où je récupère un super paquet avec du chocolat ! Nous allons au bar en quête d’un pré. Quatre agriculteurs sont assis à une table et jouent au tarot. L’un d’entre eux nous amène à une étable à la fin de la partie. Nous suivons le 4x4 avec nos chevaux à travers les maisons blanches. Le sol est gelé par endroit, je suis bien contente qu’on ait tous un toit ce soir ! En revenant, Nico nous a préparé un super coucous-banane-poivrons !! On passe une super soirée à bavarder joyeusement.

 

 

-     Mercredi 11 décembre

 

 

Du soleil, toujours du soleil… ! L’hiver en Espagne bien que froid est merveilleux. De jolis sentiers nous font monter la montagne que nous voyons nier. Belle surprise : le sol est jonché de châtaignes ! On n’en avait plus rencontré depuis la frontière. Ce fort dénivelé nous surprend également ! Sur la cime, le chemin balisé se perd dans une friche impénétrable. Nous en empruntons un second plus à l’ouest de plus en plus mince, qui nous ramène au bout d’une bonne heure à El Cerro où nous devions passer. Problème : nous n’avons plus de croquettes et seulement 2€ d’argent liquide en poche. Un cavalier passe par là avec sa pouliche et son chien. Je lui demande si on peut lui acheter quelques croquettes à ce prix, sur ce, il me met fermement un billet de 20€ dans la main et m’entraîne à l’épicerie ! Il n’a a là que des paquets de 18kg minimum ; Uma portera lourd ces prochains jours. En repartant du village nous croisons un papi assis sur son cheval comme sur une chaise ! Des ficelles de bottes de foin tiennent lieu de licol. Comme c’est pittoresque… ! De l’autre versant de la montagne, le climat est beaucoup plus doux. Merci Estrémadure ! Les rivières ne sont plus gelées, il y a partout une plante très odorante dont les fleurs séchées ressemblent à celles de l’anis. C’est un délice pour le nez. Un grand champ vert nous accueille pour la nuit.

 

 

 

 

 

-     Jeudi 12 décembre

 

 

Nous repartons à travers la brousse (nous avions perdu la trace de La Canada depuis plusieurs kilomètres), toujours direction sud-ouest. On retombe sur une petite route bordée par …des cactus ! Peu après nous voici sous l’ombre des…cocotiers ! L’après-midi nous dégustons le fruit d’un…oranger ! Ça y est, il fait bon ; nous sommes au sud. Nous bivouaquons au bord d’une cascade et nous nous y baignons de nuit pour se laver ; en plein hiver !

 

 

-     Vendredi 13 décembre

 

 

La journée commence dans la senteur parfumée d’une plante aux flocons dorés et finit par la puanteur des étables à vaches. Le chemin nous emmène à travers des ruines romaines bien conservées. Nous passons sous une arche imposante aux pierres taillées, nous marchons la plupart du temps entre des parcs dont les murs sont tous faits de pierres superposées. Un travail de titan. C’est une région décidément agricole. Le soir tombe alors que nous sommes dans la plaine entre des prés à vaches. Par chance, il y a là des restes de bois au bord du chemin, et beaucoup d’herbe grasse. Le lieu est laid mais une fois qu’on est autour du feu on ne voit plus rien d’autre et on l’oublie.

 

 

-     Samedi 14 décembre

 

 

Nous marchons la matinée dans la brume : en passant sous un pilonne d’électricité un chant d’oiseaux nous surprend. Ils sont des centaines perchés là-haut à discuter ! C’est merveilleux. La brume se lève et fait place à un grand soleil, un vieux pont nous amène à une belle cité fortifiée sur sa colline. Nous déjeunons confortablement assis à une table sur une aire de pique-nique, près de la rivière. Nous allons dans la ville acheter du pain. Les petites ruelles blanches sont magnifiques, sur place une bande de gamins nous accueille à grands cris. Ils posent une multitude de questions tournent autour de nous comme des mouches et tapotent les animaux. Ils poussent de grandes exclamations et nous poursuivent en hurlant jusqu’à la sortie de la muraille. Nous marchons toute l’après-midi sur une nationale. Fini l’Espagne sauvage…à partir de maintenant nous serons plus souvent sur les routes. Le soir, nous rencontrons un homme très gentil qui nous prête son bout de terrain où il était justement en train de faire un grand feu de nettoyage. Quelle aubaine ! Il se trouve qu’il est maréchal ferrant et a aussi des chevaux. Il nous ramène de la paille d’avoine bien fraîche (elle sent bon !), des boulons pour la caisse de Djam qui en avait perdu un et…une râpe ! Sans oublier le petit café au lait sucré typique de la région.

 

 

-     Dimanche 15 décembre

 

 

Ce matin nous croisons deux cavaliers montés sur de magnifiques espagnols gris pommelés (comme Pequeno). Ils ont des selles « vaqueras » avec une peau de mouton qui semblent très confortables. La piste évolue dans une forêt « d’encinas » les arbres aux bons glands que nous apprécions presque autant que les chevaux. Quatre chasseurs nous invitent à partager leur repas. Ils sont joyeux et rient beaucoup en se donnant des accolades sur la panse ! Ils nous proposent du groin de porc qu’ils ont fait cuire directement dans les braises, du vin dans les « botas » (gourdes de cuir), du melon vert et un excellent fromage de chèvre. Leurs chiens gambadent autour de nous. L’un d’entre eux (les chasseurs pas les chiens) tient un bar dans le prochain village, il nous invite à y prendre un café. Nous l’y retrouvons plus de deux heures plus tard. Canaveral, dont le nom me fait penser au carnaval est un joli village tout blanc lui aussi mais il n’y coule pas de rivière et nous avons besoin de laver du linge. Nous marchons donc encore deux heures jusqu’à un grand lac près duquel nous bivouaquons. La nuit tombe lorsque nous arrivons, Romane et moi nous baignons sous la lune, il ne fait même pas froid ! Je termine ma soirée sur une belle révélation d’un livre de Paolo Coelho : « La destination n’importe pas. Répète-toi à chaque instant : Je suis arrivé ».

 

 

-     Lundi 16 décembre

 

 

Nous marchons sur le sable autour du lac sur lequel des milliers d’oiseaux ont déposé leurs traces. Nous passons devant les restes d’un vieux pont romain, il est construit avec des pierres d’une taille impressionnante. Nous rejoignons la nationale que nous empruntons sur quelques kilomètres ; je n’aime pas du tout ça : nous sommes frôlés par des voitures qui ne ralentissent pas et les camions très fréquents effraient Uma et Djam, c’est angoissant. Une autoroute est en construction parallèlement à cette route, les moyens déployés pour faire les ponts sont colossaux. Nos chevaux semblent faibles et si petits à côté de ces monstrueux engins. Un chemin de Compostelle nous fait ensuite longer la nationale puis la quitte pour la dernière heure de jour. Nous bivouaquons de nouveau près d’un lac, plus petit cette fois. Une voiture nous surprend alors que nous sommes installés près du feu, l’homme nous demande directement : « vous avez besoin de quelque chose ? Tout va bien ? » Ces espagnols sont géniaux.

 

 

Marlène

 

 

Publié le 15-01-2014